Critique : Nouvelle émission télévisée « Desh ki beti : Nandini »

Une fille qui dirige un foyer peut-elle aussi diriger un pays ? Apparemment, elle peut.

Spectacle : Desh ki beti : Nandini

Chaîne : Sony

Horaire : du lundi au jeudi, à 21 h 00



Évaluation: **

Une fille qui dirige un foyer peut-elle aussi diriger un pays ? Apparemment, elle peut. Rencontrez la planificatrice de mariage Nandini Pandey ?? Miss Goody Two Shoes, qui vit selon le livre, est la fille, la sœur, la travailleuse et la voisine parfaites. Elle mène une bonne affaire et elle est assez concentrée et indépendante.

Dans la dernière émission de Sony 'Desh Ki Beti: Nandini', Kirti Nagpure fait une déclaration d'ouverture ?? courir, aider, assister, combattre, argumenter et expliquer. Il est ainsi établi qu'elle est potentiellement neta-matériau. Yuvraj Rajveer Raghuvanshi (Rafi Malik) fait obstacle au système de valeurs de la classe moyenne de Nandini, le futur leader londonien de retour de ce pays, descendant du ?? royal Raghuvanshi parivaar??, et qui, tout comme Ranbir Kapoor de Raajneeti, hésite à s'engager en politique. Au grand dam de sa mère, la consternation de Gayatri Devi ? (Sujatha Sehgal) ?? une matriarche drapée de soie ?? Rajveer préfère jouer du piano, faire du jogging et prendre le prochain vol pour l'Angleterre. Les chemins de Nandini et Rajveer se croisent lorsqu'elle organise des événements pour son Parti républicain progressiste, mais pas avant de l'avoir sauvé de ses fans.

Et puis il y a les ??suspects habituels??,l'attirail planant autour des deux personnages principaux ?? La famille de Nandini avec papa-maman, son frère et sa sœur et Rajveer??s ??kutumb?? ?? mère veuve, grand-mère paternelle et sœur mariée. Et comment pouvons-nous manquer le conseiller politique avisé et la coterie des netas. Le problème avec nos feuilletons quotidiens, contrairement aux feuilletons américains comme The West Wing ou House of Cards, c'est qu'on peut immédiatement repérer le noir, le blanc et le gris, ce qui vide vraiment le plaisir de la série. Bien avant Desh Ki Beti…, Sony nous a terrassés avec un drame politique captivant, Mahayagya, l'une des meilleures performances de Rohini Hattangadi. En comparaison, Desh Ki Beti… se vautre toujours dans des eaux sûres, appelle un chat un chat ?? inflation, flambée des prix de la nourriture et de l'essence, arnaques aux retraites et manque d'infrastructures ?? le spectacle dit tout.

On ne peut ignorer la ressemblance entre le défunt père politique de Rajveer et feu Madhav Rao Scindia. Cela dit, le spectacle arrive à un moment où l'Inde traverse une crise interne, et le ??aam aadmi?? cherche à donner libre cours à sa frustration. Cela nous rappelle qu'il y a un ??Jan Kalyan?? faire la fête dans le spectacle aussi, pour le ??aam aadmi??! Pour une émission présentée comme un drame politique, Desh Ki Beti… est, jusqu'à présent, davantage un drame familial. J'attends toujours des machinations politiques, des complots et des manœuvres désagréables.